Faire fonctionner sa relation à distance (interview de B. Lubszynski dans le courrier des cadres)

relations distanceComment fonctionnent les couples à distance

La mobilité géographique contraint de plus en plus de couples à accepter l’éloignement. Beaucoup surmontent cette épreuve en créant des rituels qu’ils partagent avec ferveur. Il leur faut juste un peu d’imagination.

Pour François, c’est devenu un réflexe : le vendredi soir, le seuil de son logement passé, il éteint son portable et ne le rallume que le lundi matin. Angoisse face aux ondes électromagnétiques ? Pas du tout. Depuis quatre ans, ce directeur des ventes d’une entreprise de bricolage située à Agen s’est juste fixé comme règle de dédier le week-end à sa famille. Une tribu qu’il ne voit pas de la semaine : elle réside en région parisienne, tandis que lui sillonne la France cinq jours sur sept.
Son cas n’est pas isolé. “De nombreux couples sont, à un moment ou à un autre, confrontés à la mobilité géographique, qui oblige l’un des membres à s’éloigner du domicile conjugal. Cette situation peut venir du caractère ambulant du métier exercé par l’un des deux, ou être imposée par une stratégie de carrière”, explique Isabelle Bertaux-Wiame, sociologue au CNRS et coauteure d’un livre sur ce phénomène*.
Les conséquences sur la vie du couple peuvent être lourdes. Pour adoucir cette séparation, estime Benjamin Lubszynski, psychothérapeute et coach, la première règle à observer est de se mettre au diapason quant aux modalités. Le moment venu, le couple sera ainsi assuré de pouvoir continuer le dialogue. MSN, e-mails, webcam ou Skype diminueront le sentiment d’absence en offrant une présence sonore, visuelle et instantanée, qui, pour être virtuelle, n’en est pas moins intense et réconfortante.

Aller voir un film à la même heure chacun dans sa ville. Faire dans le concret et le symbolique pour sa relation à distance.

Certaines situations exigent un peu d’imagination. Partie à Nice la mort dans l’âme pour y prendre un poste en or, Sophie, dès son retour chez elle le soir, se connectait immédiatement sur MSN pour y retrouver sa moitié. Un jour qu’ils parlaient d’un film récent qu’ils auraient aimé voir ensemble, Sophie a suggéré qu’ils aillent le voir à la même heure, chacun dans sa ville, lui à Paris et elle à Nice. Son conjoint accepte ; à la sortie de la projection, ils échangent leurs impressions via le web. Depuis, chaque mercredi soir, ils vont ainsi au cinéma “ensemble”. Quelques heures plus tôt, l’un d’eux aura soulevé la question devenue rituelle : “On va voir quoi, cette semaine ?” Ce doux moment n’appartient qu’à eux. Il leur permet d’entretenir un lien amoureux malgré les kilomètres.
“Les amoureux ne réalisent pas toujours qu’ils ont instauré des cérémonials du quotidien, observe Benjamin Lubszynski. C’est pourtant exactement de cela qu’il s’agit, et ils ont tout à fait raison : une fois la distance physique établie, ces sortes de rituels se révèlent précieux.”

Ne pas déroger aux rituels vitaux de la relation à distance

Certains autres arrangements peuvent être trouvés. Michel, 50 ans, travaille à Paris depuis huit ans, tandis que sa famille vit à Lille. Avant de s’éloigner du foyer, le quinquagénaire a proposé à son épouse d’embaucher une femme de ménage afin de la libérer des tâches domestiques les plus ingrates, qu’elle aurait désormais dû assumer seule.
Quel que soit l’accord auquel parvient le couple, l’important est de ne de jamais y déroger. Jean-Louis Muller, directeur à la Cegos, a un emploi du temps très chargé, qui l’entraîne sans cesse en déplacement en France et à l’étranger. Il en va de même pour son épouse. à chaque rentrée scolaire, ils confrontent leurs agendas, repèrent les plages de temps libre et déterminent les moments qu’ils passeront à deux durant l’année. Rien ne saurait remettre en cause ces précieux instants. Leurs employeurs le savent : une à deux fois par an, durant une semaine, Jean-Louis Muller et son épouse resteront injoignables, et leurs portables coupés. Ce rituel non négociable est la condition sine qua non de la longévité de leur couple.

Penser également aux enfants issus de la relation à distance

Et les enfants dans tout ça ? Là aussi, une explication est de rigueur. Selon le coach Benjamin Lubszynski, un couple doit savoir expliquer à ses enfants les raisons de l’éloignement provisoire de leur père ou de leur mère, sans susciter chez eux ni colère ni culpabilité. “Celui qui travaille à distance doit se montrer présent s’il rentre le week-end, consacrer du temps aux enfants, et, là aussi, instaurer des rituels, par exemple en leur lisant une histoire avant qu’ils s’endorment. à l’inverse, avertit le thérapeute, si la décision est mal assumée par les parents, les enfants deviennent de vrais révélateurs.”
Le parent qui part la semaine doit pouvoir refaçonner son rôle auprès de ses enfants le week-end, sans pour autant oublier son couple. Parti à Agen depuis quatre ans, François téléphone ainsi chaque soir à ses enfants à 19 heures, puis à sa femme à 22 heures, lorsque les petits sont couchés. Un équilibre qui donne à toute la famille la sensation que, quoi qu’il puisse arriver, ce père et époux itinérant demeure toujours présent.

* Les Intermittents du foyer – Couples et mobilité professionnelle, coordonné par Isabelle Bertaux-Wiame et Pierre Tripier, L’Harmattan, 2006.


Benjamin Lubszynski est Thérapeute et Coach. Sa pratique est centrée autour des Thérapies brèves (TCC, Thérapie systémique, Hypnose clinique (approche éricksonienne), PNL, Gestalt Thérapie). Il exerce à Paris au 29 rue Dautancourt dans le XVIIème. (Consulter en cabinet: 01 42 26 40 27 / en ligne (webcam) ) (100€ / 40min)      
Article précédent
nouvelles thérapies

Osez les nouvelles thérapies (Interview de B. Lubszynski dans le magazine Management)

Merci à Olivier Bailly pour ce très bel article! Lisez le dossier complet publié sur ... Read more

Article suivant
insomnies

Premiers secrets pour bien dormir (article écrit par B. Lubszynski pour Zen Magazine)

Pour dormir, le corps a besoin d’éprouver un réel confort, l’esprit de se libérer de ... Read more

Osez les nouvelles thérapies (Interview de B. Lubszynski dans le magazine Management)
Premiers secrets pour bien dormir (article écrit par B. Lubszynski pour Zen Magazine)

Laisser un commentaire