1
En raison de son expérience et de ses formations, le psy (ou le coach) s’autorise en conscience à pratiquer son métier. Il s’engage à exposer clairement son parcours professionnel, ses formations et son expérience  aux patients ( ou coachés) qui en font la demande.
 
2
Afin d’établir une relation de confiance et de garantir la confidentialité des séances, le psy (le coach) s’astreint au secret professionnel.  Aucune information concernant un patient n’est transmise à des personnes extérieures à l’équipe du cabinet. Le psy (le coach) s’interdit de tirer parti des informations délivrées lors de la psychothérapie (du coaching) et se refuse à tout abus d’influence.
 
3
Conscient de la difficulté de l’exercice de son métier, le psy (le coach) s’engage à recourir à une supervision dès que nécessaire. Il a à cœur de se former en continue afin de développer toujours plus ses compétences.
 
4
Dans le cadre des psychothérapies, le patient peut interrompre à tout moment sa thérapie, et ce, sans justification. C’est pourquoi aucun « forfait » sur plusieurs consultations de psychothérapie, n’est proposé. De même, le psy (le coach) peut refuser d’entreprendre ou de continuer une thérapie (un coaching) pour des raisons éthiques ou professionnelles liées à la demande spécifique du patient, ou au patient lui-même (le coaché lui-même). 
 
5
Si jamais, ses compétences ne lui permettent pas d’accompagner suffisamment efficacement son patient (coaché), le psy (ou le coach) s’engage à avoir recours à une personne tierce, confrère ou expertise complémentaire. Il sera toujours clair quant à son domaine de compétence et les limites de celui-ci, dans l’intérêt du patient. Si jamais cette mesure n’est pas suffisante, il est tenu de recommander son client à un autre psy (coach).
 
6
La psychothérapie et le coaching s’appuient sur des connaissances en psychologie et des techniques de développement personnel et professionnel, mais laissent le patient (ou le coaché) libre de ses actes et responsable de ses décisions et actions.