La luminothérapie, une source intéressante de bien-être!

La luminothérapie contre l’hiver!

On est nombreux à avoir besoin de la luminothérapie. Quand l’été est fini depuis longtemps, quoi de plus banal que de se sentir un peu morose, déprimé. On dort un peu moins bien, on se sent plus fatigué. C’est l’automne, et la lumière du soleil va vers son plus bas de l’année qui aura lieu lors du solstice d’hiver, vers Noël.

Notre vie moderne dans laquelle nous sommes tellement habitués à fonctionner selon des rythmes fixes nous fait perdre de vue les changements de cycle de l’année. Notre corps, lui, est en connexion avec ces cycles et quand nous sommes trop en décalage, les signaux tels que la fatigue et le stress sont là pour nous rappeler à l’ordre. La lumière et donc son palliatif la luminothérapie sont très importants pour maintenir un équilibre.

Nous vivons selon des rythmes biologiques appelés « circadiens ». Ils se déroulent sur 24 heures et comprennent les fameux cycles du sommeil. Ces rythmes quand ils se déroulent harmonieusement assurent à notre corps l’équilibre physique et émotionnel. Quand nos cycles sont perturbés, (manque de lumière ou de luminothérapie) notre humeur s’en ressent. La fatigue s’installe, ainsi que le stress qui nous empêche de dormir en se transformant en ruminations anxieuses ; et le cercle vicieux s’amplifie.

La luminothérapie contre la dépression saisonnière!

On parle de plus en plus de la fameuse dépression saisonnière, qui touche environ 3% de la population. De façon plus atténuée, une personne sur 5 ressent des effets de la saison sur l’humeur. Un des premiers symptômes est le dérèglement du sommeil, mais aussi tristesse, manque d’énergie, fatigue et, parfois, troubles du comportement alimentaire.

Si on évoque de plus en plus l’impact de la luminothérapie sur l’humeur, on parle moins des vertus de la lumière dans l’efficience du système immunitaire, qui nous permet de lutter contre les infections et pourtant ce sont les premières applications que la luminothérapie a eu dans le champ de la santé.

Ce n’est que plus tard que la lumière a été utilisée en psychothérapie et particulièrement dans les cas de dépression.

Comment marche la luminothérapie ?

Aussi bien dans la dépression que dans les troubles du sommeil ce qui est en jeu est la production de la mélatonine, qui, dans un fonctionnement « normal » se produit la nuit dans les phases de sommeil. C’est en inhibant la production de mélatonine que la lumière va permettre un meilleur sommeil. Quand le taux de melatonine est élevé durant le jour, il génère de la fatigue.

L’horloge biologique régulée par la lumière va reprendre son cours normal et la mélanine sera sécrétée la nuit.

C’est pourquoi la lampe de luminothérapie est à utiliser plutôt le matin, pour recaler le sommeil vers la nuit ; son usage permet également d’améliorer la qualité du sommeil en évitant les effets indésirables des hypnotiques et autres somnifères.

On le sait moins mais la luminothérapie a un impact également dans les cas de dépression pré ou post partum, le syndrome premenstruel, dans les maladies des personnes âgées (dont Parkinson et Alzheimer, en régulant le cycle veille-sommeil) ; dans la sclérose en plaque. Elle peut être une aide dans la régulation du poids, en évitant l’appétence pour le sucre.

En renforçant la vigilance, la luminothérapie est une aide efficace pour les sportifs.
Mais attention, la luminothérapie est à déconseiller dans le cas de pathologies oculaires liées à l’âge ou au diabète. Elle est à éviter en cas de troubles bipolaires.

Luminothérapie, quoi choisir ?

Aujourd’hui le matériel de luminothérapie qui est proposé est suffisamment efficace pour avoir de réelle vertus thérapeutiques.

La lumière dont il est question n’est pas celle qui va nous faire bronzer ni abîmer nos yeux. Il faut qu’elle soit intense et régulée. c’est pourquoi un matériel spécifique est requis.

Le principe est une exposition régulière, durant une trentaine de minutes par jour à cette lumière blanche. Les lampes doivent disposer du numéro identifiant un dispositif médical  (norme CE médical 93/42/CEE ) et être d’une intensité d’au moins 10 000 lux.

Les lampes se présentent souvent comme des écrans à placer de sorte que les yeux reçoivent la lumière ; on peut évidemment faire autre chose entre temps ; pourquoi pas une séance de méditation, auto-hypnose ou relaxation?

Vous aurez ainsi toute l’année le bénéfice d’une matinée de plein soleil !

 


Psychologue EMDR SophrologieEva Marechal est Psychologue et Coach spécialisée dans les thérapies brèves (TCC, relaxation, hypnose, PNL, thérapie systémique, thérapie familiale). Elle exerce à Paris au 29 rue Dautancourt dans le XVIIème. (Consulter en cabinet: 01 42 26 40 27 / en ligne (webcam)) (80€ / 45min)
Article précédent

Les acouphènes: le problème, les solutions!

Les acouphènes : sortir du fatalisme Georges a toujours vécu sans problèmes de santé. Il ... Read more

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *