L’éreutophobie: vaincre la peur de rougir!

éreutophobieL’éreutophobie, un lourd secret à porter

Personne ne pourrait se douter que Samuel, cet homme si performant, cet enseignant écouté de tous souffre depuis longtemps d’éreutophobie. Faire cours face à une classe ne lui pose pas de problème mais, en revanche, quand il faut rencontrer les parents d’élèves et s’adresser à des inconnus, il est saisi d’un rougissement irrépressible qui le submerge de honte. Un flush c’est le nom qu’on donne à ce type de rougissement. Son mal-être est d’autant plus grand qu’il n’ose en parler à personne : pensez-vous, un homme si sûr de lui, si reconnu par ailleurs ! Etape après étape, en étant accompagné par un thérapeute, Samuel prend conscience que ses rougissements progressivement diminuent, et, surtout, qu’ils ne l’affectent plus du tout.

L’éreutophobie, comment marche la peur de rougir?

L’éreutophobie est un mot qui vient du grec du grec ereuthos : rouge. C’est la peur tenace de rougir qui saisit ceux qui sont persuadés que leur rougissement est visible.

Il y a plein de bonnes raisons de rougir et en particulier, le fait que notre corps a chaud ! On ne se préoccupe pas des rougissements quand ils nous affectent après une séance de sport ou lorsque nous sortons d’un véhicule surchauffé. Tous les mammifères ont leur propre mécanisme de régulation de la chaleur corporelle. Les chiens halètent, les lapins dressent leurs oreilles, ce qui leur permet d’évacuer le trop-plein de chaleur.

Les êtres humains sont les seuls à présenter ce signe de rougissement, conséquence de l’excès de chaleur. Mais parfois, ce rougissement devient l’expression honteuse de notre émotivité. Nos affects nous procurent des sensations internes intenses et, comme nous voulons avoir le contrôle sur nous mêmes, nous avons honte d’exposer aussi visiblement notre peur, notre colère, notre sensibilité. On parle pour certaines rougeurs d’«érythème pudique ».

L’éreutophobie est un des signes les plus douloureux d’anxiété sociale.

Elle est un cercle vicieux dont il est nécessaire de sortir. En effet, on rougit rarement seul c’est le regard des autres qui cause le malaise éreutophobique.

Les éreutophobes souffrent d’un certain nombre de convictions, de pensées erronées qui renforcent leurs troubles :

« Je dois contrôler mon rougissement »
« Les autres ont vu que je rougissais ; ils me méprisent »
« Je suis ridicule, tout le monde me regarde »
« Je me comporte comme un enfant »
« Il va voir que je me sens angoissé/en colère/timide, face à lui… »
etc.

Ce qui est, à l’origine, une simple réaction automatique de notre corps devient une obsession qui conduit à un sévère contrôle permanent de soi. On se scrute, on interprète, on se désespère. La plupart du temps, celui qui soufre d’éreutophobie est paradoxalement est le seul à sentir ses symptômes. Les autres sont à peine conscients de ce qu’il pense être une évidence.

Parfois la solution retenue est encore pire que le mal. Certains optent pour la sympathectomie thoracique, opération lourde, qui requiert plusieurs jours d’hospitalisation et produit des dégâts irréversibles. Cette intervention consiste à sectionner ou clipper le nerf sympathique. Cette procédure produit en tant qu’effet secondaire une transpiration compensatoire et, parfois, des douleurs et d’autres désagréments.

Guérir de l’éreutophobie

Plutôt que de se lancer dans des interventions lourdes, il faut mettre en place une approche thérapeutique centrée sur la gestion du stress et l’expression des émotions. Reprendre confiance en soi, sentir que l’on se sent de plus en plus assuré dans les situations qui, par le passé, était abordées dans l’angoisse va permettre aux rougisseurs de vivre de façon apaisée. Ils pourront alors se détacher de cette vigilance permanente dans laquelle ils s’infligeaient tant de souffrances.

Dans un premier temps le patient est amené à prendre conscience des situations de stress, de l’intensité de ses réactions émotionnelles et des outils qu’il peut mettre en oeuvre pour améliorer la gestion de son stress. On travaillera également sur la timidité, la confiance en soi, toutes ces habiletés sociales indispensables pour se sentir à l’aise. En somme, on se sentira pleinement soi-même.


Psychologue EMDR Sophrologie Eva Marechal est Psychologue et Coach spécialisée dans les thérapies brèves (TCC, relaxation, hypnose, PNL, thérapie systémique, thérapie familiale). Elle exerce à Paris au 29 rue Dautancourt dans le XVIIème. (Consulter en cabinet: 01 42 26 40 27 / en ligne (webcam)) (80€ / 45min)


 

Article précédent
escroquerie

Victime d'un manipulateur un jour, victime de manipulateurs toujours? (B. Lubszynski analyse pour le site Atlantico les principes des escroqueries et les vulnérabilités de leurs victimes)

La justice vient d'interdire la publication par Inside Editions de la liste des victimes de ... Read more

Article suivant
Peur des attentats

Terrorisme à Paris: 6 conseils d'experts pour gérer sa peur des attentats (interview de B. Lubszynski pour Cosmopolitan)

Après les attentats de Paris, le temps est à la reprise de contrôle. De ses ... Read more

L'hypocondrie, en finir avec la peur des maladies!
Terrorisme à Paris: 6 conseils d'experts pour gérer sa peur des attentats (interview de B. Lubszynski pour Cosmopolitan)

Laisser un commentaire