La Communication Non Violente (CNV): mieux se parler pour mieux se comprendre

communication non violenteL’art de dialoguer en toute bienveillance avec soi et les autres pour une meilleure compréhension mutuelle
C’est comme apprendre un nouveau langage!

Pourrions-nous, dans nos relations et interactions être pacifiques sans être éteints, vivants et vrais sans être agressifs, naturels sans être faut.
Existe-t-il une façon de s’affirmer sans écraser l’autre et d’écouter l’autre sans se négliger soi même ?
Entre s’emballer et ravaler ses mots, y a-t-il une troisième voie ?

OUI : la Communication Non Violente

La Communication Non Violente en contexte

La Communication Non Violente (CNV) est selon son auteur, Marshall B. Rosenberg : « le langage et les interactions qui renforcent notre aptitude à donner avec bienveillance et à inspirer aux autres le désir d’en faire autant ».
L’empathie est au cœur de ce processus de communication initié dans les années 1970. Le terme non-violent est une référence au mouvement de Gandhi et signifie ici le fait de communiquer avec l’autre sans lui nuire.
Autrement dit, ce mode de communication : « bien veillant », envers soi et les autres permet de communiquer plus simplement et efficacement, en focalisant ses propos sur soi au lieu de reprocher à l’autre.

Technique de base de la Communication Non Violente

Utiliser le « je » au lieu du « tu »
Quatre points simples et essentiels à suivre :
– D’abord, j’observe ce qui se passe réellement dans une situation donnée : qu’est-ce qui, dans les paroles ou les actes de mon interlocuteur, contribue à mon bien(mal)−être ?
– Ensuite, j’exprime ce que je ressens en présence de ces faits : suis-je triste, joyeux, inquiet, fâché ?
– Puis je précise les besoins à l’origine de ces sentiments.
Prenons l’exemple suivant en appliquant ces 3 points : « Lorsque tu laisses tes vêtements dans le salon au lieu de les emporter [observation], je suis de mauvaise humeur [expression] car j’ai besoin de plus d’ordre dans les pièces que nous partageons [besoin précisé]. »
– Au final, faire une demande précise et concrète. « Pourrais-tu, s’il te plaît, prendre tes affaires et les mettre dans ta chambre ? »
En utilisant ces quatre points et en aidant l’autre à faire de même, nous établissons un courant de communication qui débouche naturellement sur la bienveillance. Et cela, aussi bien dans son couple, avec ses enfants qu’au travail avec ses collègues etc. …

Mise en place de la Communication Non Violente

1 Décrivez et situez le problème : Voila ce qui s’est passé ou ce qui se passe « Quand je vois …. Et j’entends … »
2 Identifier et exprimer vos sentiments : voila ce que j’ai ou ce que je ressens « J’en ai marre … »
3 Analysez et clarifiez vos besoins profonds : voila mon besoin à l’origine de mon émotion « Parce que j’ai besoin de … »
4 Formulez une demande claire, précise et réalisable : voila ce que je souhaite J’aimerais que … (ou je décide de …) »

Effets positifs de la Communication Non Violente

– Meilleure communication.
– Relationnel plus agréable
– Un bien être car plus vous proposerez ce mode de communication à vos proches, collègues, etc. et plus ceux-ci vous le rendrons dans leur manière de vous exprimer les choses
– Le positif attire le positif
C’est à vous de jouer … Vous avez les clés pour améliorer vos relations et vous apporter plus de bonheur ! Tout est une question de regard que l’on s’accorde à poser sur ce qui nous entour. Cela commence par soi !

Sophie Bernard

Article précédent
faire son deuil

Faire son deuil: comment remonter la pente.

Contexte du deuil  « Le deuil »est la perte définitive en soi d’une personne ou ... Read more

Article suivant
névrose psychose

Névrose ou psychose? Une réponse simple!

Alors psychose ou névrose? La différence entre psychose et névrose est sans doute la première ... Read more

Comprendre le manque de confiance en soi des femmes au travail

Laisser un commentaire